Akaroa – Une petite douceur française au bout du monde.

Share Button

Dimanche 30 mars 2014 – Je n’ai qu’une hâte sortir de Christchurch car ce n’est pas du tout fait pour les campings-cars. Direction Akaroa a 87 km (selon mon GPS). La sortie de Christchurch se fait sans difficulté, la conduite à gauche  n’est pas aussi déroutante que je le pensais et la State Highway 75 (SH75) est la seule route qui mène à la péninsule de Banks.

Avec son relief très accidenté, la péninsule est avant tout un massif volcanique. Le capitaine James Cook l’a ainsi nommé du nom de son botaniste Joseph Banks , qui a navigué avec lui sur l’Endeavour dans les années 1770.

Les routes tournent beaucoup et c’est parfait pour mon apprentissage de la conduite à gauche qui se passe à merveille. Je traverse de nombreux villages (ou hameaux) comme Little River, Hilltop, Barrys Bay, Duvauchelle …

Le village de Duvauchelle doit son nom à deux frères qui, en 1843,  rachètent des terres aux Maoris par l’intermédiaire de la compagnie Nanto-Bordelaise, à l’origine  de la tentative de colonisation par les français.

Akaroa

Puis Robinson’s Bay, Takamatua et enfin Akaroa. Je ne vous cache pas que l’on a envie de s’arrêter tous les 500 mètres tant que c’est beau !

Attention lorsque vous préparez un voyage en Nouvelle-Zélande. Il ne faut pas raisonner en distance mais en temps qu’il vous faut pour rejoindre un point A vers un point B. Les 87 km entre Christchruch et Akaroa m’auront pris 1h45 sans les très nombreux arrêts. En voiture, il faut 1h20 en moyenne. Bien que la vitesse autorisée soit de 100 km/heure en dehors des villes, on dépasse rarement les 80 km/h tant les routes sont par endroits sinueuses.

Je suis dans  la ville la plus française en Nouvelle-Zélande et bien que ce soit la basse saison ici comment ne pas succomber devant ses bâtiments historiques et son magnifique port ?

Source : Carte locale Akaroa I-Site

Un petit peu d’histoire :

En 1838, le capitaine Langlois, un baleinier français originaire du Havre,  a décidé qu’Akaroa serait l’endroit idéal pour établir un comptoir.  A l’époque, l’huile de baleine permettait d’alimenter des réverbères à huile pour éclairer les rues de Paris. Il  acquiert une portion de la péninsule de Banks auprès des chefs Maoris locaux.

Il retourne en France et en mai 1839,  il revend cette portion à la compagnie Nanto-Bordelaise. Ils amorcent ensemble le projet de colonisation de l’Ile du Sud au nom de la France, l’Ile du Nord étant convoitée par les Britanniques. Le 19 mai 1840, avec l’appui du gouvernement et du roi Louis-Philippe, il organise  le voyage à bord du Comte de Paris en emmenant plusieurs familles françaises et allemandes (une soixantaine de personnes en tout)  pour revenir en Nouvelle-Zélande, avec la ferme intention d’y  former une colonie française à Akaroa et y développer cette lucrative activité baleinière.

Lorsqu’ils arrivent le 13 août 1840, le drapeau de l’Union Jack flotte à Akaroa depuis 8 jours ! Ils ignoraient que le 6 février de la même année, les britanniques ont signé le Traité de Waitangi avec les chefs Maoris. Si le gouvernement français n’avait pas traîné à aider la compagnie Nanto-Bordelaise et le capitaine Langlois, la Nouvelle-Zélande (du moins l’Ile du Sud qui ne fut proclamée terre anglaise par la Couronne Britannique que le 17 Juin 1840) aurait pu être Française.

Akaroa est composée de 3 baies : Childrens bay, French bay et Glen bay.

Je gare mon camping-car le long du quai de Childrens Bay.Akaroa005

Je me balade en ville où tous les noms de rue sont en français, la rue Jolie, la rue Lavaud …

Akaroa006

tout comme la plupart des noms de magasins.

Akaroa009

Malgré cet air francophile, aucun local ne parle le français, du moins je n’en ai pas vu ni entendu. J’ai pourtant bien tenté avec la responsable du I-site.

Akaroa019

Presque 18h30, je retrouve mon camping-car car la nuit commence à tomber. Je ne suis pas la seule, de nombreux véhicules sont également garés et les voyageurs ont déjà sorti tout leur attirail tels que chaises, table de camping … Cela va du groupe de jeunes en van aux couples de tous âges en passant par des retraités en camping-car de luxe. Et de toute nationalité : italiens, danois, néo-zélandais … Et pour cause, c’est l’une des rares zones à Akaroa où la nuitée est autorisée pour les camping-car et gratuitement !

Akaroa018

Je prends mon premier apéro devant un soleil couchant et je tape la discussion avec tous ces gens qui partagent le goût prononcé pour le voyage en liberté, sans contrainte. La majorité des voyageurs terminent leur voyage à Christchurch dès demain ou dans la semaine  et me souhaitent tous une bonne route et surtout me disent « Enjoy ! »

Akaroa017

Je tombe de fatigue très vite à cause du décalage de 12 heures avec la France et me couche tôt à 20h.

Le lendemain matin, je me réveille bien reposée. C’est marée basse dans la baie et de nombreux oiseaux barbotent au bord de l’eau.

Akaroa024

Hop la bouilloire sur le gaz et je me fais un bon petit-déjeuner en plein air. Il fait 14°C.

De l’autre côté de la baie, des nuages lèchent les crêtes des collines.

Akaroa021

Je passe la matinée à marcher dans Akaroa.

Akaroa028
Akaroa058

Akaroa033  Akaroa010

 Akaroa038

Au retour, je fais un saut jusqu’au cimetière français.

Nous sommes lundi et quasiment tous les commerces, restaurants et les musées sont fermés. Nous sommes bel et bien en basse-saison.

Akaroa044

Exceptés la supérette et la station service « L’Essence » où j’achèterai un grand flacon de produit spécifique pour la cassette des toilettes plutôt que des tablettes.

Akaroa013

A 13h30, je plie bagage pour rejoindre ma prochaine étape Aoraki/Mont Cook Village soit 390 km et j’espère arriver avant le coucher du soleil à 19h00.

 

A suivre  :  On the Road – Akaroa – Mont Cook Village

Share Button

Articles similaires :

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge